Choletais. Une mutuelle encourage ses assurés à pratiquer une activité physique adaptée


L’Entente des Mauges et la Mutuelle la Choletaise ont noué un partenariat en janvier afin de soutenir la pratique d’une activité sportive adaptée, en lien avec les médecins.

« Je ne veux pas que la Mutuelle la Choletaise soit un simple opérateur de remboursement de prestations de santé, je préfère axer nos actions sur la prévention »​, résume la directrice générale Agnès Quenet.

Avec le tout nouveau président de l’Entente des Mauges, Marc-Antoine Guion, et le directeur Jérémie Devy, elle a signé en janvier un nouveau partenariat pour ses assurés souffrant de pathologies chroniques ou d’affections de longue durée (cancer, obésité, diabète, maladies cardiaques et respiratoires, lombalgie, troubles psychiques, Parkinson…).

Séance en petit groupe

« Ces personnes recherchent un environnement protecteur, en petit groupe et avec d’autres personnes souffrant elles aussi d’une pathologie​ », assure Jérémie Devy, précisant au passage que l’Entente des Mauges propose cette activité depuis septembre seulement.

Dans ces groupes de six, grand maximum, formés en fonction des capacités et des pathologies des uns et des autres, les séances se transforment parfois en groupe de parole informel. « Chacun échange sur son vécu de malade », ajoute le directeur de l’Entente des Mauges.

Les assurés sont encadrés par Manon Martin, 25 ans et « titulaire d’un Master Staps Activité sportive adaptée​ ». Avec des créneaux calés en fonction des disponibilités des assurés, « en semaine, le samedi ou en soirée pour ceux qui travaillent​ ».

Cette « thérapie non médicamenteuse », sur prescription, est accompagnée par le médecin de l’assuré. « Nous utilisons une application où Manon entre un bilan en début de programme, indique les résultats des tests, les pathologies… Le médecin peut ensuite consulter cette application. Il y a un vrai lien entre l’assuré, l’Entente des Mauges et le médecin »​, détaille Jérémie Devy. Des séances vidéos y sont aussi enregistrées.

L’assuré doit s’engager pour un an, à raison de deux séances minimum par semaine, « car on sait que moins de deux séances hebdomadaires, c’est inefficace​ », insistent les dirigeants de l’Entente. Sachant qu’une séance coûte pour un assuré de la Choletaise 4,15 €, au lieu de 6,25 €, soit 200 € de ristourne sur 12 mois.