Trop d’écran, moins d’activité physique, les enfants et adolescents ont moins bougé pendant le confinement


Plusieurs enquêtes montrent une progression de la sédentarité, du temps passé devant les écrans, au détriment de l’activité physique chez les 6-18 ans.

10 000 pas et plus. Les chiffres sont inquiétants. La sédentarité (le temps d’éveil passé assis ou couché, avec des dépenses énergétiques très faibles) chez les enfants et adolescents de 6 à 18 ans a fortement progressé pendant le confinement. Le temps d’écran a atteint trente heures par semaine, soit plus de quatre heures par jour (contre vingt heures par semaine avant le confi-nement), selon une étude réalisée par Harris Interactive pour l’association Assurance Prévention réalisée en deux temps, fin février et du 28 mai au 4 juin. Activité également sédentaire, la lecture de livres a progressé, mais de seulement une heure, avec 3,3 heures par semaine.

Ce temps d’écran augmente avec l’âge. Les lycéens ont ainsi consacré 10,7 heures par semaine en moyenne à regarder la télévision (contre 6,5 heures avant le confinement), 11,4 heures à surfer sur Internet (contre 7,3 heures) ou encore 8,4 heures à discuter avec leurs amis sur les réseaux sociaux (contre 5,4 heures), indique encore cette étude. Au total, c’est une hausse du temps sédentaire de 50 %. Une autre enquête de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps) montre que le temps d’écran s’est allongé pour 62 % des enfants et 69 % des adolescents.